«High density altitude»:chaleur + altitude = danger

Chaque pilote connaît la différence entre les termes «Pressure Altitude» (altitude-pression) et «Density Altitude» (altitude-densité). Ne pas maîtriser ces notions implique des calculs d’autant plus amples et qu’il faut s’attendre au pire. Plus les températures augmentent, plus la question est «brûlante».

(Article d’Oliver Baer paru dans l’AeroRevue 09/2008 )

Basse pression atmosphérique, forte température et aérodrome à haute altitude: une combinaison pouvant transformer un décollage en une aventure périlleuse. A moins que l’on ne connaisse les données de performance de son avion. Lors de l’envol à bord d’un Piper Archer PA-28-181 par exemple, sur un aérodrome du Plateau et par 30°C, la distance jusqu’à la séparation d’avec la piste s’accroît d’une centaine de mètres (par opposition à la situation à température standard: 1500 ft d’altitude et 12°C), le passage à une hauteur de 50 ft intervenant même 150 mètres plus tard. S’il est procédé aumême calcul sur un aérodrome demontagne, lesmètres de dénivellé supplémentaires ont un effet encore plus évident, leur méconnaissance constituant un grand danger. Raison pour laquelle tout pilote, dès sa période de formation, apprend qu’un calcul de la distance de décollage fait partie d’une préparation de vol sérieuse.