Les partenaires

 

Logo FAI

logo proaero

 

Logo Swissolympic

 

 

Logo aerosuisse

ar-app

Le plus important périodique aéronautique de Suisse comme document électronique pour votre iPad ou iPhone: Procurez-vous maintenant l'AéroRevue-AppAéroRevue-App.Gratuit pour les membres de l'AéCS.

Apple-appstore

L'Aéro-Club de Suisse AéCS rejette le concept alternatif des communes pour l'aérodrome de Dübendorf

«La place économique zurichoise est intentionnellement affaiblie»

L'Aéro-Club de Suisse (AéCS) rejette le concept alternatif des communes de Dübendorf, Volketswil et Wangen-Brüttisellen qui sera présenté au souverain le 26 novembre 2017 dans les trois communes. Ce concept alternatif remet en question celui de la Confédération visant le maintien de l'exploitation aéronautique de l'aérodrome de Dübendorf et affaiblit la région économique zurichoise dans un même temps.

Une infrastructure de transport aérien performante et fonctionnant bien est une condition importante dans le développement social et économique de l'agglomération zurichoise. Le concept alternatif «Aérodrome historique avec vols d'essai» pour l'aérodrome de Dübendorf remettrait ce développement en question. C'est cette opinion que défend l'Aéro-Club de Suisse, la plus grande fédération faîtière de l'aviation en Suisse. Selon son président et conseil national Matthias Jauslin, «l'AéCS rejette le concept des communes de Dübendorf, Volketswil et Wangen-Brüttisellen». «Avec des vols historiques et une exploitation d'entretien et d'équipement, les objectifs de la Confédération ne sont en aucune façon remplis et la place économique zurichoise en sort intentionnellement affaiblie. De plus, les problèmes de capacité du secteur aéronautique sont aggravés», selon la motivation de Jauslin.

«Le Conseil fédéral a fait preuve de clairvoyance»

Le 26 novembre 2017, le concept alternatif sera présenté aux électrices et électeurs des trois communes précitées. Jauslin en est cependant persuadé: «En se décidant en septembre 2014 pour le maintien de l'utilisation aéronautique de l'aérodrome le plus ancien de Suisse, le Conseil fédéral a fait preuve de clairvoyance.» Le gouvernement s'était alors élevé en connaissance de cause contre le concept «Aérodrome historique avec vols d'essai». Avec l'adoption du Rapport sur la politique aéronautique (LUPO 2016) et les objectifs et consignes conceptuels sur le Plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique, le Conseil fédéral a entre-temps affirmé ses intentions à plusieurs reprises. «Avec la réaffectation d'une infrastructure aéronautique militaire existante, la Confédération agit consciente de ses responsabilités», ajoute Jauslin. Il se réfère de plus à l'attitude du Conseil d'État zurichois: «Sa nouvelle appréciation en janvier 2017 confirme l'importance stratégique de l'aérodrome de Dübendorf et de l'aviation générale pour l'ensemble de l'économie politique zurichoise.» Avec la réaffectation aéronautique de l'aire de l'aérodrome et l'implantation d'un parc d'innovation, des opportunités insoupçonnées de développement se proposeraient, avec des potentiels considérables de synergie.

Ne pas agir inconsidérément

Jauslin en est persuadé: «Quiconque remet en question l'importance de l'aviation pour un pays enclavé à vocation exportatrice tel que la Suisse agit inconsidérément». Celui qui pratique la politique de l'autruche devant les défis des besoins croissants de mobilité de notre société et empêche une réaffectation pertinente d'installations existantes sans proposer d'alternatives en ressentira les conséquences au plus tôt lorsque le train aura passé depuis longtemps. Jauslin fait remarquer que les milliards investis par la Confédération dans les projets de routes nationales et ferroviaires le sont pour répondre aux besoins croissants de mobilité de notre société. À la différence toutefois de la route et du rail, le développement et l'exploitation de structures aéronautiques sont financés dans une large mesure par le secteur privé. «Les structures aéronautiques sont le moteur de notre économie à vocation exportatrice et assurent l'accessibilité éminemment importante de notre pays», ce que souligne clairement Jauslin en constatant: «La forte croissance dans le trafic de ligne et divers projets de construction raréfient progressivement les capacités sur les aéroports nationaux. Il n'existe guère de réserves en Suisse pour de nouveaux aérodromes gourmands en espace – et surtout pas à proximité des agglomérations économiques.» Cette évolution est dangereuse pour un espace économique prospère et un site attrayant d'implantation d'entreprises en réseau mondial, de PME et de startups.